Archives pour la catégorie Electronique

Essais de 2 batteries externes récentes

J’ai cherché récemment une batterie externe pour remplacer mon ancien modèle devenu inopérant.

J’ai commandé une première batterie : IPossible modèle HX160Y1 de 24800mAh de capacité (diffusée aussi sous la marque HETP)

Je suis toujours méfiant quand j’achète une batterie : je n’ai pas confiance dan la capacité annoncée, tout simplement parce que les capacités réelles sont toujours plus faibles que celles annoncées , et même quelques fois vraiment très faibles…..

Donc mon premier réflexe est de mesurer la capacité réelle.

Pour cela je commence par compléter la charge de la batterie puis je la décharge sur une résistance en enregistrant le courant pendant tout le cycle. Pour ce faire j’utilise un multimetre Velleman DVM1200 qui me permet de d’enregistrer  sur mon PC la valeur du courant de décharge toutes les minutes. Il est ensuite très simple de calculer la capacité de la batterie sur un tableur.

Résultat : capacité restituée :11220 mAh

Cette valeur est vraiment faible….. Pour vérifier j’enregistre donc la recharge de la même manière : cela me donne une capacité de 14550mAh pour une capacité revendiquée de 24800 mAh

Il y clairement un sérieux problème de capacité!!!

Je l’ai pesée : 310g  : plutôt légère pour la capacité annoncée…. Y a t’il un lien ?

J’ai signalé le problème au fournisseur qui m’a proposé de me fournir une deuxième batterie. J’ai donné mon accord sous condition que cette deuxième batterie soit accompagnée d’un rapport d’essai qui confirmerait que les spécifications annoncées seraient tenues. La réponse a été une offre de remboursement….. Sans commentaire….

J’ai donc commandé un autre modèle de batterie en tenant compte du fait que j’avais trouvé la vitesse de recharge très lente. Il est assez difficile de faire un choix  »pertinent » en l’absence de documentation réellement exhaustive.

Mon choix c’est porté sur le modèle Omars OMPB10K parce que la figure indiquant les caractéristiques d’entées sorties était séduisante:

Entrées sorties

Je me suis dit que la connectique USB-C supportant 18W autant en entrée qu’en sortie devrait résoudre mon problème.

La notice du produit que je découvre à réception est intéressante .

Omars Spécif

J’entreprends d’abord la vérification de capacité annoncée.

Après avoir complété la charge j’enregistre la décharge. C’est très simple le courant est parfaitement constant durant toute la décharge sur ma résistance soit 1680 mA pendant 4.36heures ce qui donne une capacité restituée de 7060mAh. Valeur confirmée par mon USB tester (DROK voir article) à 7080mAh

Je passe ensuite à la recharge  en utilisant le cordon fourni et en me connectant sur l’entrée micro USB

OMARS chrage

L’essentiel de la charge se passe à plus de 2 ampères. La période de fin de charge ( période où le courant décroit) me parait courte. La fin de charge se produit au niveau de 230 mA .Le courant est alors complètement interrompu dan la batterie, ce qui favorise ( parait-il) la durée de vie des batteries.

La capacité calculée à partir de ce relevé donne 9150mAh ( 9130 mAh sur mon USB tester) . Ce niveau est très correct pour une capacité annoncée de 10 000 mAh.

Les  mesures de capacité que je mesure depuis pas mal de temps sur des batteries isolées, des batteries de smartphones à l’époque ou elles étaient démontables  et sur les smartphones plus récents ,( quand ils sont équipés de capteurs de courants dont on peut récupérer les indications)  montrent que les résultats de mesures de capacité à la charge ou à la décharge  sont toujours très proche quand il n’y a pas de convertisseur de tension installé en série. C’est le cas des configurations de charge sous 5V, par contre ce n’est plus le cas pour les charges sous 9V en protocole QC2.0 ou en tension variable en protocole QC3.0 ou en protocoles de charge équivalents ( Adaptative fast charging de Samsung par exemple)

La mesure de capacité à la décharge sur les batteries externes est faussée par le fait que ces batteries délivrent une tension de 5V alors que la tension d’une batterie Li-ion varie de 4.2V à 3.5V pendant sa décharge : un convertisseur de tension est obligatoire sur ces batteries externes à la décharge.

On ne peut donc prendre en compte que le résultat du calcul de la capacité à la charge sous 5V pour le comparer à la capacité annoncée par le fournisseur ici donc 9150mAh pour 10000mAh est tout à fait dans les  »normes »….

L’ensemble des mes résultats de mesures montrent que les capacités annoncées par  les fournisseurs de batteries sont toujours optimistes par rapport à ce que j’ai pu mesurer. J’ai réclamé quelques fois des contres mesures de la part de fabricants qui annonçaient des résultats par trop optimistes,  sans succès jusqu’à présent: ils ont toujours préféré me rembourser et abandonner leur produit douteux…..

Poursuite de l’analyse de la batterie externe OMARS OPMB10K

J’ai essayé de charger la batterie via le connecteur USB-C : quelque soit le chargeur 5V/2A standard, le chargeur conforme QC2.0 ou le chargeur conforme QC3.0, la charge se configure toujours de la même façon que sur la connectique Micro USB  : 5V et 2A. Je n’ai jamais activé de charge rapide.

Je ne dispose pas de chargeur compatible Power Delivery, c’est peut-être cela qui m’empêche d’accélérer la charge au delà de 10W.

Sortie USB-C: pas de décharge possible faute d’équipement à ma disposition compatible Power Delivery.

Sortie USB-A: Cette sortie est effectivement compatible USB 5V/2A , QC2.0  9V et QC3.0 et ce avec de très bonnes performances comme le montrent les relevés suivants:

OMARS sortie

 

La tension de sortie de 5V ne faiblit pas jusqu’ 2.7A ce qui est largement suffisant.

La tension de sortie en QC2.0 de 9V tient largement les 2A annoncés.

En QC3.0 j’ai pu atteindre les 2A de sortie en branchant une résistance en parallèle de mon smartphone Sony Xperia XZ2 qui ne consomme que 1100mA au niveau du chargeur.

 

Dernier point contrôlé : l’indicateur de charge restante. J’ai profité d’un cycle de décharge complète pour relever les indications de l’afficheur.

Omars indicateur

En rouge sont reportées les valeurs lues sur l’indicateur associées aux capacités restantes effectivement mesurées, la courbe bleue représente le comportement d’un afficheur  »parfait »

On constate que l’afficheur est en assez bon accord avec la capacité restante entre 100% et 60% En dessous l’écart est important mais n’est pas très  »dangereux  » dans la mesure où l’indication est pessimiste par rapport à la réalité: ainsi quand l’afficheur annonce 30% de capacité résiduelle, j’en ai mesuré 40%…..

 

Conclusion:

Il y a malheureusement sur le marché des produits nettement non conformes et il faut un minimum de compétences techniques pour les identifier, ce dont les fournisseurs profitent….

Par ailleurs  les documentations techniques disponibles sont très souvent trop sommaires pour pouvoir faire le bon choix en fonction de ses besoins.

On trouve malgré tout des produits performants comme cette batterie Omars OPMB10K. Son poids de 225g pour 10 000 mAh est dans le standard des batteries externes . J’espère qu’avec un chargeur compatible Power Delivery , je pourrai réduire son temps de charge. Dommage que cette batterie ne soit pas compatible QC3.0 à la charge sur le connecteur micro-USB. C’est un standard qui est maintenant assez répandu, contrairement au Power Delivery dont la diffusion n’en est qu’au début.

Ce site  Power bank Test Database rassemble des données sur un grand nombre de batteries externe. Les textes sont en français , seuls les tableaux sont en Anglais.

 

 

 

 

 

 

 

La charge rapide, c’est quoi?

Ces derniers temps  on assiste à une course à la charge de batterie la plus rapide avec des promesses toujours plus extraordinaires. Que peut-on en attendre réellement?

1°) La charge traditionnelle normale avec le chargeur 5V 

J’ai plusieurs fois abordé dans mes précédents articles divers aspects de la charge des batteries avec des chargeurs de 5V de tension de sortie. Je vais me cantonner à analyser ce qui agit sur  la vitesse de charge des smartphones en prenant pour exemple l’un de mes smartphones : le Nexus 5. Cela permettra de mieux comprendre la méthode qui a été adoptée pour développer la  »charge rapide » à la mode  actuellement.

       A) Influence du cordon USB 

Sur la figure suivante j’ai rassemblé trois cas de vitesses de charge différentes où j’ai utilisé le même chargeur Samsung EP-TA10 avec mon Nexus 5 mais trois cordons micro-USB d’apparences identiques……

 

Nexus 5 charge  cordon
J’obtiens des résultats de temps de charge sensiblement différents. A quoi cela peut être dû?

Pour mieux comprendre ce qu’il se passe j’ai pris l’un des cordons et j’ai mesuré les tensions délivrées par le chargeur directement à sa sortie ( sur le connecteur USB A) et au bout du  cordon ( sur le connecteur  micro-USB) en fonction du courant fourni par le chargeur.

Pertes en ligne

En fait on constate que les pertes dans le cordon ( y compris ses connecteurs) réduisent  rapidement la tension fournie au smartphone. Il faut se rappeler que la tension nécessaire pour charger une batterie est de 4.2V , si on ajoute la chute de tension dans le circuit interne au smartphone assurant la gestion de la charge et la la sécurité de la batterie on arrive à la tension minimale à l’entrée du smartphone de 4.75V  spécifiée par la norme USB .

Il faut donc utiliser un cordon en bon état pour conserver une bonne vitesse de charge. Même un cordon performant à l’état neuf  va perdre de son efficacité  à l’usage : en effet les connecteurs s’usent et se dégradent inexorablement suite aux opérations d’insertions-désinsertions , ce qui augmente progressivement les pertes globales  du cordon.

La simulation de perte (en vert sur le graphique) correspond à un cordon qui aurait une résistance totale de 310 mOhm, ce qui assez classique.

           B) Influence du chargeur.

Même avec un cordon neuf et très performant on constate que la vitesse de charge varie sensiblement suivant le chargeur utilisé. ( voir figure ci-après)

Nexus 5 Chargeurs

L’analyse des courbes tension-courant des chargeurs montre que plus le chargeur est capable fournir une tension élevée pour un courant donné, plus la vitesse de charge sera rapide. On ne peut pas utiliser n’importe quelle tension pour charger sa batterie, il faut que la tension à l’entrée du smartphone reste dans la limite de la norme USB , à savoir 5.25V ( sauf si le smartphone a été conçu pour supporter plus, ce qu’on verra dans la suite de cet article).

Caracteristiques chargeurs

Les concepteurs de chargeurs ( exemple du Samsung EP-TA10) ont anticipé les pertes dans les cordons pour concevoir des chargeurs délivrant des tensions légèrement supérieures à la limite de 5.25V, mais cette option est quand même très vite limitée.

2°) La charge rapide

On vient de se constater que pour charger un smartphone ou une tablette le plus rapidement possible il faut disposer d’un cordon le moins résistif possible  et d’un chargeur avec une tension de sortie plus élevée que 5V. Ce constat n’est pas nouveau , il se pose systématiquement dès qu’on veut transporter de l’énergie électrique avec un minimum de perte, d’où les lignes très haute tension ( plusieurs centaine de kV) de  Enedis, les batteries de voitures électriques de 300V à 500V réalisées par assemblage de petites batteries Li-Ion de 3.7V, les panneaux solaires jusqu’à 1000V par assemblages de cellules de 0.5V.

L’augmentation de la tension d’alimentation des smartphones n’a été possible que grâce à la miniaturisation et à l’amélioration de l’efficacité des convertisseurs de tension. En effet la tension de charge de la batterie Li-Ion reste limitée à 4.2V

L’enregistrement suivant confirme le fonctionnement du convertisseur sur la tablette Sony Xperia Z3 compact: la tension du chargeur s’est bloquée à 9.1V , le courant de sortie du chargeur est de 1300mA  quand le courant de charge batterie interne à la tablette se situe autour de 2000mA

Charge QC2

La réduction du niveau de courant dans le câble de connexion Chargeur -Tablette permet de réduire les pertes et l’augmentation de la tension permet d’augmenter la puissance transmise. 

Les communications entre le chargeur et le smartphone ou la tablette permettent aux deux éléments de se coordonner et de choisir la configuration de charge adaptée. Si le smartphone ne transmet pas les informations attendues ou si le cordon  met en court-circuit les deux fils de données ( cordon de charge seulement) , alors le chargeur rapide règle sa tension de sortie en 5V, ce qui permet d’utiliser ces chargeurs avec les anciens smartphones sans soucis.

Réciproquement les smartphones compatibles  »charge rapide » peuvent très bien être chargés avec les chargeurs 5V sans problème.

Faute de normalisation de nombreux constructeurs ont lancé leur version de charge rapide: Qualcomm a lancé plusieurs versions de « Quick-Charge », Samsung n’est pas resté en reste avec son  « Adaptative fast Charge »,   etc….  Certaines sont annoncées compatibles entr’elles , d’autre pas.. cela devient très compliqué.

Il faut prendre garde et ne pas hésiter à vérifier la compatibilité en surveillant les courants de charge. Ainsi le charge de la tablette Sony Xperia Z3 compact compatible Quick-Charge 2.0 avec le chargeur Samsung EP-TA20 au standard Adaptative fast Charge, soit disant compatibles , n’est pas une réussite….. 

Compatibilité charge rapide

 Cette instabilité dans le courant de charge n’est pas particulièrement saine , ni pour la batterie de la tablette , ni pour le chargeur lui-même.

La première version de la charge rapide définie par Qualcomm : Quick-Charge 2.0 ( notée QC 2.0) prévoit que le chargeur peut sélectionner 3 tensions de sorties différentes : 5V, 9V ou 12V.

La deuxième version Quick-Charge 3.0 (QC 3.0) prévoit que la tension du chargeur peut être ajustée par pas de 0.2V pour optimiser le rendement  global du système de charge.

Cela donne les résultats suivants pour un Sony XPeria XZ2 et son chargeur UCH 12Charge XZ2 avec chargeur UCH 12

On constate effectivement que la tension du chargeur est variable, elle revient à 5V rapidement. C’est en fait le courant qui est régulé  et suit une séquence de paliers prédéfinie.  On passe d’un chargeur à tension tension constante pendant tout le cycle de charge dans le protocole QC 2.0 à une séquence de courant de charge préprogrammée associée à une tension variable dans le protocole QC 3.0.

La question qui se pose in fine est: A-t’on de cette manière réduit le temps de charge du smartphone ou de la tablette?

Charge Xperia 1 2 3

Les durées de charge complète pour ce Sony Xperia XZ2 compact sont très similaires  entre les trois trois protocoles de charges  5V ,QC2.0 ou QC3.0. 

On constate un résultat similaire sur le DOOGEE S60

S60 charge

L’apport des protocoles de charges rapides est loin d’être flagrant contrairement aux annonces tapageuses des constructeurs et reprises sans réelles vérifications par de nombreux journalistes…..

Qualcomm compare les états de charge atteints au bout de 30mn

QC pub Qualcomm

Voyons ce qu’on a enregistré sur notre Sony  Xperia XZ2 compact  

 

% charge  Xperia

On est loin du compte :

Charge conventionnelle 33% en 30mn

Charge QC2.0 et Charge QC3.0  44% en 30mn

En fait charger la batterie du Sony Xperia XZ2 compact de 2870mAh à 71% en 30mn signifie qu’il faudrait injecter un courant de 4000 mA dans la batterie!!!  La société Sony qui a beaucoup travaillé sur la technologie des batteries Li-Ion avant de vendre cette division récemment à un fabricant japonnais de composants électroniques passifs peu connu mais très sérieux, a programmé le courant maximum de charge à 2100mA. Ce n’est pas par hasard, à mon avis, c’est pour assurer une longévité correcte à ses batteries, quitte à ne pas satisfaire les inconditionnels de la charge rapide. 

 

Sur le S60 aussi le courant de charge est limité à 2100mA, mais ici la batterie est de 5580mAh…. Adieu la charge rapide…….

 

3°) Conclusions

Les nouveaux protocoles de charge dite rapide offrent potentiellement la possibilité  d’accélérer la vitesse de charge des batteries, mais pour l’instant la technologie des batteries à notre disposition ne peuvent pas l’exploiter sauf à réduire drastiquement la durée de vie de ces batteries. En conséquence ce sont les constructeurs qui plafonnent les courants de charge des batteries et l’utilisateur ne peut que s’y conformer quoiqu’il utilise comme chargeur: normal  »rapide » ou  »ultra rapide ».

Si on veut réduire le courant de charge de la batterie, il faut utiliser des chargeurs limités en courant à 1000mA ou 1500mA….. comme le Sony EP880. On n’en trouve plus beaucoup maintenant, l’autre solution est d’utiliser un cordon de charge plus long : 2m par exemple.

Qualcomm annonce un nouveau protocole QC4.0 et même QC4.0+. Ce dernier est associé au nouveau connecteur USB C apte à supporter un courant maximal de 5A et une tension de 20V , ce qui permettra de l’utiliser pour la charge de batteries de PC portables. Apple l’utilise déjà sur certains MacBook.  A ces niveaux d’énergie transportées , il convient d’améliorer la sécurité du câble et de ses connecteurs, c’est pour cela qu’un capteur de température sera intégré à l’embase du connecteur USB C. 

Ce protocole QC4.0+ est compatible avec la nouvelle norme USB PD, ce qui évitera peut-être la prolifération de solutions propriétaires plus ou moins compatibles entr’elles. 

 

 

 

 

La batterie de mon Nokia 3 ne se charge pas complètement

Je dispose d’un smartphone Nokia 3 modèle TA-1032 depuis quelques mois. Jusqu’à présent je n’avais rien de spécial à signaler 

Dernièrement le niveau de charge de la batterie s’est bloqué vers 80%. J’ai été surpris. J’ai fouillé sur internet et j’ai découvert que ce problème était signalé par pas mal de personnes sur différents smartphones. Sur XDA-developers le problème est signalé sur Nokia 3 aussi, par contre je n’ai trouvé aucune analyse précise du problème ni aucune solution satisfaisante.

J’ai donc contacté le support Nokia par Email. J’ai eu une réponse dans la journée où un certain nombre de questions  »classiques » m’étaient posées :numéro IMEI, version Android, date de la dernière mise à jour etc… auxquelles j’ai répondu aussitôt, puis, depuis rien….

Sur mes smartphones j’ai l’habitude d’installer 3C Battery Monitor ( auparavant connu sous le nom  de  Battery Monitor Widjet) mais comme on n’a pas accès aux valeurs de courant de batterie sur ce smartphone , je ne l’avais installé. Sans la donnée de courant, la surveillance de la batterie perd, en temps normal, pas mal de son intérêt.

J’ai quand même installé 3C Battery Monitor en le configurant en enregistreur de données pour essayer de comprendre le problème. Puis j’ai enclenché une décharge régulière de la batterie en activant le logiciel GPS test qui permet de maintenir aussi l’écran allumé, ce qui entraine une consommation constante de environ 350mA.

Le résultat de la première décharge ( courbe rouge)  est déroutant :

Nokia 3 courbes de decharge

Première surprise: Le niveau de tension à 80% de charge affiché est de 4230 mV soit le niveau maximal habituel de tension  pour une batterie complètement chargée. L’indication de charge devrait donc être à 100%. C’est normal que la charge de la batterie soit bloquée par sécurité , au delà on risque la destruction……

Deuxième surprise : Le smartphone s’arrête de fonctionner en indiquant que la batterie est complètement déchargée alors que la tension de la batterie est de 3620 mV !!!!. Dans un smartphone normalement configuré la batterie se décharge jusqu’à environ 3500mV en toute sécurité. Près de 20% de la capacité de la batterie sont inexploités !!!!! Surprenant……

Un peu plus tard après avoir rechargé le smartphone une fois de plus jusqu’u blocage à 80% avec son chargeur, j’ai connecté le smartphone à mon PC via un cordon USB afin de transférer des fichiers. J’ai oublié de le déconnecter, il est resté ainsi  pendant plusieurs heures. Quand je m’avise de le déconnecter, je découvre avec surprise que le smartphone s’est chargé à 100% via la prise USB!!!! Que s’est-il passé???? Je n’en sais rien……

J’en profite pour effectuer la même décharge contrôlée que précédemment ( courbe verte) . La tension maximale de la batterie se retrouve dans la zone maxi  normale entre 4200mV et 4300mV avec un indicateur de charge à 100% , par contre, la tension de la batterie descend cette fois à 3400mV. Le smartphone utilise maintenant la totalité de la capacité de la batterie…..

Remarque: Pas de soucis à 3400mV on est encore largement dans la zone de sécurité de la batterie.

Je profite de ce que le smartphone se trouve dans une configuration de fonctionnement normale pour le recharger sans le rallumer et mesurer les mAh injectés à la recharge pour évaluer la capacité de la batterie : je trouve 2430mAh ce qui est en assez bon accord avec la capacité annoncée de 2630mAh.
J’ai effectué cette mesure de capacité en installant directement sur le chargeur le USB meter Drok décrit par ailleurs (ici)

Commentaires: La conception du système de mesure de capacité de batterie sur ce smartphone est très surprenante….. je dirais même buggée!!!!

La tension maximale de charge est une valeur fixe définie à priori , par sécurité. Il doit correspondre d’office à un indicateur de charge de 100%. Ce n’est pas le cas… Pourquoi???

Sur certains smartphones le courant de  charge est maintenu après que la batterie ait atteint sa tension maximale, c’est à dire le niveau 100,  jusqu’à ce que ce courant descende en dessous d’un certain seuil. Un fois ce niveau atteint la batterie n’est  plus sous tension. J’ai l’impression que c’est ce qui est programmé ici aussi, l’absence d’indicateur de courant ne permet pas de le confirmer totalement, par contre comme le niveau 100 ne dépend pas du fait que la batterie ait atteint son niveau de tension maximal, la charge s’arrête a un peu n’importe quel niveau de charge affiché. La niveau de charge doit être mesurée par intégration du courant de la batterie ( méthode dite du Coulomb counting)   sans corrélation avec la tension de batterie : méthode des plus sommaires…..

La tension minimale de décharge devrait-être une valeur fixe définie à priori , par sécurité aussi. Ce n’est pas le cas : une fois 3620mV, une autre fois 3400mV. C’est quoi la valeur minimale de sécurité choisie sur ce smartphone???  Cette valeur minimale variable ( comment???) sème le désordre dans l’évaluation de la charge de la batterie : la capacité utile de la batterie complètement chargée va dépendre de cette valeur minimale aléatoire. Pourquoi ce choix????

 

 

USB meter Drok : testeur de source USB

Ce petit équipement est muni d’une prise mâle USB de type A et d’une prise femelle USB de type A aussi . Il s’installe donc en série entre une source USB : PC , Hub , chargeur et un récepteur USB : clé USB , cordon relié à un smartphone, une tablette , un disque dur externe , un lecteur de DVD externe….etc….

Sur l’une des faces l’étiquette recouvre un petit interrupteur repéré sous le cercle jaune libellé  »KEY »  Cet interrupteur sert à opérer quelques réglages sur lesquels je reviendrai plus loin.

Drok 1

Sur l’autre face il y a un afficheur

Drok 2

qui s’active lorsqu’on cet appareil est connectée à une sortie USB qui peut fournir un minimum de courant: Il consomme au repos environs 10mA ( annoncé dans la notice technique et que j’ai pu confirmer).

Au moment du branchement il affiche temporairement la marque de fournisseur :Drok 3

Puis indique un ensemble de valeurs :

Drok 4

Sur la ligne du haut on peut lire une tension : ici 5,09V : il s’agit de la tension côté sortie  ( sur la prise USB femelle ), puis la puissance délivrée ici 0,061W et enfin un troisième chiffre : ici 2 : c’est le numéro de la mémoire dans laquelle sera conservé automatiquement la dernière valeur de la charge ( exprimée en mAh) quand on le déconnectera de sa source d’énergie ou quand on sélectionnera une autre mémoire .

Sur la ligne du bas on dispose du courant délivré en sortie sur la prise femelle : ici 0,012A.  Les 10mA consommés par l’appareil n’apparaissent pas. Le dernier nombre représente la charge transférée depuis la dernière remise à zéro de cette valeur ici 518mAh.

J’ai comparé ces valeurs affichées par rapport à ce que je peux obtenir avec mes multimètres: j’ai trouvé un très bon accord largement dans les tolérances annoncées, tant sur la tension , sur le courant que sur la capacité en exprimée mAh.

Les liaisons de données entre les deux connecteurs USB mâle et femelle sont assurées par cet appareil , ce qui fait qu’il peut se placer entre un PC et un disque dur externe , la transmission des données fonctionnera normalement. Cette caractéristique permet donc à cet appareil d’être aussi compatible avec les protocoles de charges qui utilisent les fils de données : Apple,  USB BC 1.2 et  Quick Charge 2.0 de Qualcomm.

J’ai pu le vérifier par exemple  avec ma tablette Sony et le chargeur Aukey  fonctionnant sur le protocole Quick Charge 2.0 (déjà décrit ici) :

Drok 5

On voit que la tension du chargeur Aukey s’est automatiquement calée à 9,04V

Rem : il y a un petit triangle blanc après le V : il signifie que la tension de sortie est supérieure à la valeur maximale normalisée de 5.3V et qu’il peut y avoir un danger pour l’appareil connecté, si ce dernier n’est pas compatible avec cette tension.

Commentaires :

Ce petit accessoire est très commode  pour rechercher l’origine d’un problème de charge de smartphone ou de tablette. Il permet aussi de comparer les performances de divers chargeurs ou câbles.

Il faut quand malgré tout conserver à l’esprit que cet appareil perturbe un peu le circuit de charge : en effet il introduit une chute de tension en aval du chargeur que j’ai pu évaluer à 0.13V sous 1A et 0.2V sur 2A. Cela  aura pour conséquence de faire apparaître le chargeur testé moins performant qu’il n’est en réalité quand on n’insère pas cet appareil. Il ne faut donc l’utiliser qu’a titre de comparaison, les performances réelles des chargeurs restent celles qu’on peut obtenir des données que communique le smartphone ou la tablette…… quand on y a accès……

 

Données techniques ( résumé) :

Tension : précision +/- 0,2% ; plage de mesure 3,7V à 13V

Courant : précision +/-0,8% ;plage de mesure 0A à 3A

 Actualisation des données: 2 fois par secondes

 Un appui court sur le touche  »KEY » permet d’incrémenter le numéro de la mémoire. La mémoire 0 remet à zéro le compteur de charge ( en mAh ou mWh)  chaque fois qu’on connecte l’appareil à une source de tension. Les autres mémoires, de 1 à 9 accumulent les mAh ou les mWh tant qu’on ne les remet pas intentionnellement à zéro.  Pour ce faire il faut passer sur l’affichage du contenu des mémoires en appuyant 2 fois rapidement sur la touche « KEY ». On obtient l’affichage suivant:

Drok 6

 

Il suffit alors de sélectionner la mémoire à afficher et appuyer environ 2 secondes sur la touche « KEY »

Un appui de 4 secondes environ sur la touche « KEY » fait allumer une petite Led jaune , si on relâche la touche pendant que cette Led est toujours allumée, l’affichage tourne de 180°, si on relâche aussitôt après, l’affichage passe de mAh en mWh.

Attention : un appui de 6 secondes  sur la touche « KEY » fait éteindre l’afficheur. La petite Led jaune clignote alors pour rappeler que l’appareil est en fonction.   

 

 

Le Lion du guidon |
LGN tunisie |
Bonsai amateur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Veolia Corse Tour 2011
| olivaurelie
| Bienvenue chez Patty