Botanique : Aide aux relevés cartographiques

     Je ne participe à des relevés botaniques que depuis peu d’années et je n’ai jamais réussi à effectuer correctement des saisies papier sur le terrain.

     L’avènement des smartphones a été d’un grand secours pour moi.

    J’ai, dans un premier temps, installé le logiciel VDLysPDA Pic (http://pda.vdlys.com/). Il permet de géolocaliser les photos comme beaucoup d’autres logiciels, mais la photo seule est en général insuffisante. J’utilise en fait essentiellement l’enregistrement vocal géolocalisé VDLysPDA Voc qui permet de noter un maximum de renseignements directement sur le terrain. Depuis peu a été ajoutée aussi la saisie de texte géolocalisée  VDLysPDA Note . Cet outil peut éventuellement servir aux personnes pour qui les faibles dimensions des claviers ne posent pas de problème.

     Le transfert sur un PC et l’exploitation des données enregistrées étaient ensuite plutôt fastidieuses. Une nouvelle solution est maintenant disponible. Elle met à profit l’une des fonctionnalités du nouveau logiciel VDLysCRM (http://crm.vdlys.com/ ) qui permet d’interconnecter très simplement un PC et un smartphone. et d’échanger des données entre eux.  Il faut pour cela disposer d’un réseau et d’une borne WiFi . En pratique une  »box » d’accès internet équipée en WiFi  assure toutes les fonctions nécessaires.

     Comme il s’agit d’une utilisation particulière de VDLysCRM, il faut, après avoir installé le logiciel, ajouter les deux lignes suivantes dans la fichier ….\Program Files\VDLysCRM\VDLysCRM_Srv.ini pour activer la création du fichier extracts.csv qui va rassembler toutes les données

Extracts2Csv=1
ExtractDatas=1

     En même temps que la constitution de ce fichier, les coordonnées GPS (en WGS84) vont être converties en Lambert 93 à l’aide de l’Api ConversApi.dll . Il faut donc copier les deux fichiers ConversApi.dll et Convers.txt fort aimablement mis à libre disposition par Vtopo (http://vtopo.free.fr/index.htm) dans le répertoire ….\Program Files\VDLysCRM. Vous pouvez aussi les charger ici:  convers.zip

    Il faut ensuite charger VDLysPDA CRM,  disponible sur Android market,  puis l’installer sur son smartphone. On lance alors les deux applications VDLysPDA CRM et VDLysCRM Srv; l’interconnexion s’établit automatiquement. Il faut, bien sûr, que le mot de passe d’accès au réseau WiFi soit déjà en mémoire dans le smartphone.

    Sur VDLysCRM cliquez sur  »Rechercher » puis sur données  »Données VDLysPDA » puis sur  »Smartphone ». Les données contenues dans le smartphone s’affichent. Elles sont dès lors accessibles depuis le PC, on peut donc les consulter.

    L’étape suivante consiste à rapatrier ces données sur le PC.

Botanique : Aide aux relevés cartographiques import10

    Pour cela on sélectionne l’ensemble des fichiers que l’on souhaite récupérer. Un clic droit sur la souris fait apparaître un menu où on va sélectionner l’option  »Sync. avec le serveur ». Toutes les données sont copiée sur le PC et le fichier extracts.csv ( compatible Excel) est généré.

    Regardons la structure de ce fichier:

extrac10

    Les colonnes C,D et E contiennent les coordonnées GPS (WGS84), la colonne I contient les Dates et Heures en format codé, les colonnes K et L contiennent les coordonnées Lambert93 exprimées en mètres, la colonne N contient le nom des fichiers correspondants: txt pour les notes, jpg pour les photos et amr pour les enregistrements vocaux ( il faut installer Quick Time pour lire ces derniers), O et P contiennent des URL permettant d’afficher les cartes Google et Géoportail centrées sur les coordonnées GPS du point où a été collecté la donnée.

    J’ai développé une macro dans Excel qui permet:
– de décoder les Dates et Heures pour les transcrire en clair ( colonnes I et J)
- de construire le code des mailles L93 en colonne M ( ici les mailles 5km)
- d’activer les liens hypertextes pour les fichiers et les URL

    Le fichier Excel se présente alors de la façon suivante:

extrac11

    De cette manière, il est possible, en cliquant sur le nom du fichier, d’accéder aux données collectées tout en conservant la correspondance avec les coordonnées géographiques et ainsi de les transcrire dans les colonnes libres du tableau. Il est très simple aussi de visualiser sur une carte Google ou Géoportail le lieu où a été saisie la donnée correspondante en cliquant sur l’URL correspondante . La retranscription des coordonnées géographiques de son GPS et les opérations de conversion entre types de données géographiques sont devenues ainsi automatiques, éliminant les possibles erreurs de recopie manuelle.

La première mise en place de cet outil peut paraître un peu complexe, mais l’utilisation ultérieure est extrêmement simple: lancement de VDLysCRM_Srv sur le PC puis un clic sur l’icône VDLysPDA CRM du smartphone et la connexion est opérationnelle; sélection des fichiers et deux clics pour le transfert et on est prêt à se consacrer à l’exploitation des données recueillies.

 

    Je remercie VDL informatique d’avoir bien voulu ajouter cette fonctionnalité au logiciel VDLysCRM, simplifiant ainsi notablement l’exploitation des  relevés cartographiques.

Compléments  : 

                 La version freeware du logiciel VDLysCRM est suffisante pour cette utilisation                 

                 Les fichiers  .txt  .jpg et .amr et extracts.csv sont regroupés dans le même répertoire …\Program Files\VDLysCRM\VDLysPDA\Admin\Extracts\.  On peut travailler directement dans ce répertoire ou bien transférer l’ensemble de ces fichiers dans le répertoire de son choix. Dans ce dernier cas il est préférable de le faire avant de lancer la macro d’Excel. Il vaut mieux aussi vider les répertoires …….xxx\Admin et …..xxx\Admin\Extracts avant d’effectuer une nouvelle importation.

                 Une copie de la macro est disponibles ici:txt Macro

                Ci-après les URL des tutoriels des applications citées dans cette page

http://tuto.vdlys.com/?ID=VDLysPDA_CRM

http://tuto.vdlys.com/?ID=VDLysPDA_Pic

http://tuto.vdlys.com/?ID=VDLysPDA_Voc

http://tuto.vdlys.com/?ID=VDLysPDA_Note
 

 



2 commentaires

  1. Ghislain MULLER dit :

    Cher Monsieur,

    Je commence aussi ma pension … en tant qu’ancien de l’informatique. Aimant me promener dans des bois et n’ayant pas trouvé programme pour smartphone à mon pied, j’ai comencé le développement d’un petit projet dont détail ci-après.

    Vous n’êtes pas étranger à l’idée puisque la lecture de votre article m’a confirmé dans mon idée. Aussi je trouve très convivial de vous en faire part, c’est entièrement à votre honneur.

    Voici une première information relative au projet dont j’assure le développement informatique.

    Description du projet

    Il s’agit d’une application double : d’une part, un programme qui se place dans un smartphone ou un tablet PC (lesquels disposent de l’option GPS) et, d’autre part, un programme qui sera installé dans un PC classique.

    L’application a comme objectif de répondre aux besoins exprimés par des propriétaires ou des gestionnaires forestiers qui désirent disposer d’une application très simple et conviviale leur permettant de créer et de garder à jour le plan de leur domaine, avec ses périmètres extérieurs, ses zones intérieures (jeunes plantations par exemple), ses chemins et sentiers ainsi que la position de divers points remarquables (ponts, abris, arbres classés, miradors, parkings, etc …).

    Pour créer un domaine, il suffit de se déplacer dans les bois concernés et d’indiquer, à l’aide de l’écran tactile, en choisissant parmi les simples boutons de menus, ce qu’on désire voir apparaître sur le plan. Le smartphone enregistre « l’objet » répertorié – un nom spécifique, une photo, un commentaire sonore, peuvent y être adjoints – ainsi, bien évidemment, que la position cartographique fournie par le GPS.

    Progressivement le plan s’enrichira des nouveaux éléments retenus lesquels apparaîtront avec des icônes, symboles, traits et couleurs spécifiques.

    Au retour d’un déplacement sur le terrain, ces données seront transmises via un petit câble USB par exemple, au PC.
    Toutes suppressions, repositionnements, voire ajouts directs pourront aisément se faire via la gestion d’un tableau type Excel que beaucoup connaissent.
    Le PC permettra alors de visualiser le plan dans son ensemble, ou via des zooms divers. Un menu simple permettra de faire apparaitre ou non des familles d’éléments – par exemple ne faire apparaitre que les zones spécifiées « arbres à maturité ».

    Ladite image, toujours dans sa dernière mise à jour, se retrouve bien évidemment dans le smartphone comme fonds d’écran. Et, lors d’un prochain déplacement, le promeneur pourra se localiser en permanence.
    Il pourra également demander d’être orienté vers un des points antérieurement créés via une flèche directionnelle et une distance ce qui lui permettra, par exemple, de retrouver un élément remarquable au sein d’une forêt ou de suivre un sentier précis.

    Le PC permettra également des impressions papier (actuellement limitées à l’4 ou l’A3).

    Etat d’avancement du projet

    A l’heure actuelle le développement vient de franchir ses premières étapes (pour les spécialistes signalons qu’on opère dans les mondes Adobe, Action Script, Flash Builder, et Androïde). Plusieurs niveaux ont été atteints : confirmation des fonctionnements clefs, structure des bases de données, création des éléments vectoriels du plan et niveau d’approximation suffisant.

    Une brève information sur ce niveau d’approximation: l’exactitude du GPS classique est d’environ 10m. Comme le signal est volontairement marqué d’imprécision par les émetteurs GPS, suite aux décisions militaires US, aucun appareil récepteur GPS ne peut être plus précis. Dans de bonnes conditions, on descend parfois à 5m. Notre application intègrera, à la demande, un sous-programme de calcul de moyenne pour chaque point précis ; en effet, si les positions géographiques reçues par le smartphone sont réparties aléatoirement à l’intérieur d’un cercle, leur moyenne se rapproche fatalement du centre du cercle. Lors des essais, nous aboutissons à une « accuracy » de 3m. Légère nécessité : quand l’opérateur désire que le smartphone enregistre au moins 3 données différentes pour un point précis, il lui est nécessaire de patienter plusieurs secondes sans se déplacer.

    Complémentairement, j’envisage une conversion permanente, au choix, des données de géolocalisation spécifiques du GPS (on parle alors de système WGS84) avec les projections Mercator « degrés, minutes, secondes », voire Lambert 72 pour les domaines en Belgique (on a des demandes pour les Lambert français). C’est là un développement informatique complexe, très intéressant cependant car il permettra de marier le plan créé avec des plans généraux ou partiels dont disposent déjà les propriétaires.

  2. 78michel dit :

    C’est une application particulière qui m’intéresserait aussi.
    En France nous disposons, dans de nombreuses communes, de relevés cadastraux numérisés et géolocalisés. Il serait intéressant de pouvoir aussi intégrer ces données.
    Concernant la précision des relevés, il faudrait pouvoir accumuler ( et moyenner) les relevés réalisés à des périodes différentes pour bénéficier de calculs de positions avec des localisations de satellites différentes.
    On peut avoir des position nettement plus précises avec des GPS différentiel, mais ce n’est plus le même tarif…..

Le Lion du guidon |
LGN tunisie |
Bonsai amateur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Veolia Corse Tour 2011
| olivaurelie
| Bienvenue chez Patty